AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Mar 19 Avr - 18:47

Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas× ft. DYLAN & DYSON
 Pourquoi, il était allé sur sa tombe ? Il ne savait pas. Il avait juste besoin de la sentir à côté de lui. Elle était partie si tôt et quand il y repensait, le dicton qui disait les meilleurs partent en premier, prenait tout son sens. Ils avaient eu plusieurs années ensemble mais ce n’était pas assez. Tatiana avait été sa vie, et elle l’était encore. Lorsqu’il l’avait rencontré, il avait la certitude, qu’il avait trouvé la femme de sa vie. Vous savez cette impression lorsque vous rencontrer quelqu’un et que cette personne ferrez parti de votre vie, que vous le vouliez ou non. Tatiana était ce genre de personne. Lorsqu’elle rentrait dans une pièce, on ne voyait qu’elle. Pas seulement, parce qu’elle était belle, mais parce qu’elle rayonnait la gentillesse et la générosité. Il avait l’impression de ne pas la mériter, et il passait chaque jour à lui prouver son amour. Alors, lorsqu’elle est tombée malade, il avait été là à chaque minute, à chaque traitement, à chaque déception. C’était donc naturellement qu’il l’avait demandé en mariage, c’était son ultime cadeau. Faire d’elle la femme la plus heureuse du monde pendant, une journée, et il avait réussi. Ce jour-là, il était resté plusieurs heures allongé sur sa tombe. Il lui parlait de sa famille, de leurs amis, du gâchis qu’il avait fait de sa vie. Les gens le prenaient souvent pour un séducteur, dominateur, sans aucune valeur, mais c’était tout le contraire. Il lui avait fallu du temps avant de retoucher une femme après la mort de femme. Presque un an c’était écoulé, lorsqu’il avait ramené une femme rencontrée dans un bar. Ce qu’il avait ressenti ce jour-là avait fait de lui ce qu’il était. Qu’est-ce qu’il avait ressenti ? C’est la question que vous vous posez, j’en suis sûre. Et bien, il n’avait rien ressenti. En s’envoyant en l’air avec une parfaite inconnue, il avait pour une fois oublié la douleur et la tristesse. Ensuite, c’était devenu sa drogue. Il cherchait à rien ressentir.

Lorsqu’il quitta le cimetière, il faisait déjà noir. Son chauffeur était venu la chercher, et au lieu, de le ramener chez lui, il l’avait déposé dans sa club. Il pouvait passer pour un battar… C’est vrai, il avait passé sa journée avec sa femme morte, et maintenant, il allait essayer de se trouver une femme. Le problème, c’est que s’il rentrait chez lui, il allait être dépressif… et pour rien vous cachez, il avait déjà tenté à sa vie… Alors entre mourir ou prendre de la drogue sous forme de sexe, il avait choisi. Il rentra et il trouva déjà sa prochaine proie. Elle était seule au bar et repoussait tous les hommes. Cela allait être un jeu d’enfant. Il avait maintenant des techniques de drague et aucune ne pouvait lui résister. Je vais vous éviter tous les détails. Tout ce qu’il faut savoir, c’est qu’une heure plus tard, il quittait le bar au bras de cette jolie blonde. Son chauffeur était encore là, et ils montèrent dans la voiture. Le bolide n’avait même pas encore démarré qu’il l’attrapa pour l’installe sur ses jambes, pour commencer les préliminaires. Pendant tout le trajet, il n’avait pas quitté ses lèvres laissant ses mains se baladaient sur son corps. Ils descendirent de voiture, pour monter dans son appartement. Enfin, avant, il fallait qu’il arrive à ouvrir cette porte, mais avec cette charmante demoiselle contre la porte c’était mission impossible… Il l’avait collé contre la porte et avait recommencé à gouter ses lèvres. Avec ses mains, il avait ouvert son chemisier et parcourait son corps avec ses mains. Quand soudain, une vois familière se fit entendre.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Jeu 21 Avr - 22:38


 Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas
Dyson & Dylan
 
Une nouvelle longue journée de travail était enfin terminée et pour fêter ça, ainsi que la promotion de l'un de leur collègue, la bande d'avocat du cabinet ou travail Dylan ainsi que la demoiselle ont décidés de sortir boire un verre dans un bar. Après tout, tous les prétextes sont bons pour s'enivrer et qui as dit que les avocats sont trop sérieux pour prendre un peu de bon temps ? « Dylan, tu es prête à partir ? » demanda l'un de ses collègues qui vint frapper à la porte de son bureau alors que la demoiselle était en train de remettre d'apporter quelques modifications à un dossier concernant une affaire de divorce pour violence conjugale. « Euh...je vous rejoins là-bas les gars, j'ai encore deux ou trois petites choses à finir. » Il faut dire que ces affaires ne sont jamais simples, surtout quand la partie opposée est hargneuse et qu'elle ne compte rien lâcher. Dans cette affaire, elle doit défendre un homme, oui un homme, qui demande le divorce après avoir reçu de violent coup par sa femme et avoir était menacé à l'arme blanche car elle croyait qu'il l'a trompait. Certains penseront surement que c'est une histoire de dingue, mais après tout, nous sommes à New-York. Seulement sur ce cas, l'avocat de la partie adverse va surement jouer sur le fait que sa cliente à des problèmes psychologique pour lui éviter amendes et peine de prison et Dylan le sait très bien, c'est pourquoi elle avait passée la journée à étudier le dossier à nouveau et à apporter des nouvelles preuves à celles qu'elle avait déjà. Au fond d'elle, la jeune new-yorkaise se demandait si elle ne deviendrait pas elle même un peu comme la dame contre qui elle se bat dans ce procès si elle avait décidée après sa rupture avec Derek de continuer à avoir des histoires sérieuses. Il faut dire qu'elle n'est toujours pas remise de se drame et s'est pour cela qu'elle a décidée de continuer, même deux ans après avoir rompu, de ne pas se poser avec un homme par peur d'être encore une fois trahi elle aussi.

C'est enfin après avoir rangé son bureau qu'elle prit le chemin du bar choisit par ses collègues afin de les rejoindre. C'est donc à bord de sa BMW cabriolé offerte par papa pour son premier emploi qu'après vingt minutes de trajet, la demoiselle arriva à destination ou une fois à table elle commanda un mojito afin de trinquer avec ses collègues. Cependant, lorsqu'elle porta son verre à ses lèvres, elle faillit s'étouffer en voyant le cinéma qui se passait devant elle. Digne d'un film de Spielberg, Dyson le mari de son amie défunte venait d'entrer dans le bar avant de se diriger vers une jeune femme blonde. Dylan se doutait très bien qu'il n'était pas la pour simplement boire un verre et repartir et surtout elle était prête à parier qu'il allait finir la soirée avec cette jeune femme.

Le temps passe et Dylan n'avait même pas besoin de se cacher pour l'observer, car il n'avait surement pas du la remarquer trop occupé à regarder le décolleté de la demoiselle. Pas manqué, une demi-heure plus tard, Dyson et la jolie blonde prennent le chemin de la sortie et instinctivement, Dylan se lève de sa chaise et prend ses affaires prétextant à ses amis qu'elle devait partir et suit le duo d'abord à l'extérieur du bar puis ensuite, jusque chez Dyson. « Je rêve... » pensa Dylan. Depuis le décès de Tatiana, les rapports entre Dylan et Dyson c'étaient nettement améliorés, alors qu'ils se serraient les coudes pour surmonter cette perte, mais Dyson avait beaucoup plus de mal à faire son deuil que la Anderson et il avait une façon un peu étrange de s'y prendre d'ailleurs. Coucher avec une femme différente tous les soirs, c'est la méthode que le brun a décidé d'utiliser pour faire le deuil de sa femme. Mais qu'elle personne censée ferait cette chose ? En tout cas, Dylan même si elle estime qu'elle n'a rien à dire à Dyson sur ses histoires d'un soir car elle n'est pas une sainte non plus de son côté, elle ne cautionne pas le fait qu'il se serve comme prétexte le décès de sa femme pour ramener des femmes dans son lit. Enfin, avant de monter les escaliers, Dylan retire ses talons pour faire le moins de bruit possible. Une fois à l'étage de l'appartement de Dyson, elle put l'apercevoir plaquant la demoiselle contre la porte et l'embrassant passionnément. « Humm...humm... » fit Dylan alors qu'elle était appuyée contre la rembarde d'escalier, les bras croisés avec ses talons et son sac dans les mains. « Je dérange peut-être ?  » Elle arque alors un sourcil avant de faire comprendre à la demoiselle qu'il était temps pour elle de partir, ce qu'elle comprit rapidement. « Désolé, il faut que j'y ailler...demain je commence tôt. On s'appel. » C'est presque en courant qu'elle quitta l'étage ce qui fit sourire dans un premier temps Dylan, même si elle savait qu'elle allait passer un sale moment avec Dyson. « Je peux savoir ce que tu comptais faire avec cette fille ? Et ne me dis pas que tu t'apprêtais à faire une partie de scrabble, je ne suis pas sûr de te croire. » Elle continue de le fixer ne baissant pas le regard, mais cette fois-ci en esquissant un léger sourire en attendant son explication.     


By Phantasmagoria

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Ven 22 Avr - 20:10

Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas× ft. DYLAN & DYSON
 Il l’avait collée contre la porte et commençait à embrasser sa poitrine quand la voix se fit entendre. Enfin, la voix plutôt un bruit pour signifier sa présence. « Humm...humm... » Bizarrement, il n’eut pas besoin de se retourner pour savoir à qui appartenait cette voix, ou plutôt cette fausse toux. « Je dérange peut-être ?  » Bingo, il avait bien reconnu la voix… Dylan. Qu’est-ce qu’elle foutait là ? Elle était toujours là quand on ne voulait pas d’elle. Il avait déjà tout prévu avec cette jeune femme. Il l’aurait prise contre la porte d’entrée ou peut-être que s’il avait eu le temps d’arriver à la chambre, sur le lit. Ils se seraient amusés toute la nuit et le lendemain, il l’aurait oublié, mais avec l’arrivée de Dylan, ses plans venaient de tomber à l’eau. Pourtant, il n’était même pas en colère, juste passablement énervé. Il avait pris l’habitude avec la jeune femme. Elle désapprouvait totalement son nouveau mode de vie, ce qui était normale, sachant ses liens avec sa défunte épouse. Elle était l’amie de Tatiana et on ne pouvait pas dire que lorsque sa femme était encore vivante, que c’était le grand amour entre eux. En fait, avant, elle l’énervait au plus au point… Maintenant, elle était un soutient quand elle n’essayait pas de casser tous ses coups. Il regarda la jeune femme toujours collée à lui, et lui fit un sourire, avant de s’écarter. Il ne s’excusait même pas pour le dérangement, il n’avait rien prévu d’autre qu’une bonne partie de jambe en l’air. « Désolé, il faut que j'y ailler...demain je commence tôt. On s'appel. » Entendit-il avant de l’avoir s’en aller par l’escalier. Il n’avait aucune intention de la rappeler, mais il lui fit un petit signe de la main, avant d’enfin regarder la jolie blonde dans les yeux. Elle avait ses talons à la main, et il comprit mieux pourquoi, il ne l’avait pas entendu arriver. Il en vint même à se demander si elle ne l’avait pas espionné… C’était bien son genre. « Je peux savoir ce que tu comptais faire avec cette fille ? Et ne me dis pas que tu t'apprêtais à faire une partie de scrabble, je ne suis pas sûr de te croire. » Il lui fit un sourire hypocrite. Elle pensait peut-être l’avoir énervé mais c’était tout le contraire. Il savait qu’il allait passer un mauvais quart d’heure, comme s’il était un gamin de cinq ans, mais l’alcool qu’il avait ingurgité au bar, le faisait légèrement planer. « C’est toujours un plaisir de te voir Dylan… Chacune de nos rencontres se passe toujours dans une normalité. » Il avait toujours un sourire aux lèvres. Il se pencha et se rendit compte que sa chemise était ouverte… Sans doute, la brune qui venait de s’enfuir, qui lui avait ouverte sans qu’il s’en rende compte. Il s’approcha doucement d’elle, et vint se poser à quelques centimètres. Elle voulait jouer à ce petit jeu-là ? Lui aussi pouvait jouer à ce jeu, et il était même très doué pour la maitre mal alaise. « J’avais plus l’intention de jouer au strip poker… mais sans le poker… » C’était de la provocation pur et dur, mais c’était elle qui avait commencé… Elle l’avait interrompu dans un moment important, il fallait qu’elle en paie les conséquences. « J’ai perdu ma partenaire, tu pourrais la remplacer…. »  dit-il avant d’exploser de rire et de s’éloigner vers son appartement. « Panique pas Dylan, tu n’es pas mon genre. »
Il ouvrit la porte et entra dans son appartement. Il ne ferma pas la porte, il savait que cela était inutile pour retenir Dylan.

Sérieusement, comment Tatiana avait pu être amie avec elle. Elle était si coincée. Non mais sérieusement, il n’y avait pas de mal à se faire des petits plaisirs, même si pour Dyson, les plaisirs étaient réguliers. Elle devait un charme qui échappait au jeune homme, car après tout, elle était l’ex de Derek. Habituellement, ils avaient les même gouts mais pas pour elle. D’accord, elle était mignonne mais il n’y avait pas que le physique pour s’amuser. Il fallait que la fille ait un sens de l’humour et surtout qu’elle soit prête à se laisser aller. Or Dylan ne lui avait jamais donné cette impression. Pour lui, elle était une fille ennuyeuse et sans le moindre intérêt. Il était un peu vache, elle l’avait aidé après la mort de Tatiana, mais même si leur relation avait évolué, elle restait l’amie de Tatiana, bien trop différente d’elle. Il l’enleva ses chaussures et ses chaussettes qu’il laissa dans l’entrée, avant d’accrocher sa veste. Il s’avança vers la cuisine ouverte et prit deux verres et une bouteille d’un très bon vin. Il fait un peu trop chaud dans son appartement, et il était chez lui. S’il voulait se mettre à l’aise, il avait le droit. Si Dylan n’était pas contente, la porte était grande ouverte. Il enleva donc sa chemise, qu’il laissa tomber au sol, et se servit un verre de vin, qu’il commença à boire. Il était déjà bien alcoolisé mais au point, où il en était. « Je sais déjà ce que tu vas me dire… Ce n’est pas une façon d’honorer sa mémoire… Tu es triste, je sais mais tu ne dois pas noyer ton chagrin dans le sexe… et patati et patata… Et si ça me plait moi, le sexe, tu devrais essayer… On oublie tout même qu’on est malheureux. » Il vida son verre et en reprit un. Il allait lui falloir ça, pour écouter le sermon de la jolie blonde.

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Lun 25 Avr - 23:37


 Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas
Dyson & Dylan
 
Et dire que pendant un temps nous parlions de projet bébé avec Derek. Je suis bien contente que cela ne soit pas arrivé, car si ce bébé avait hérité des gênes de son père, il aurait pu donner un mini Dyson et je n'avais pas réellement envie que mon fils ressemble à ce mec qui pense plus avec son entre-jambe qu'avec son cerveau. Toujours appuyé contre la rembarre d'escalier, je l'observe alors que la demoiselle venait de partir. « C’est toujours un plaisir de te voir Dylan… Chacune de nos rencontres se passe toujours dans une normalité. » dit-il d'un ton qui m'exaspérait au plus au point, mais je ne réplique pas me contentant simplement de lui rendre son sourire hypocrite en échange alors qu'il venait se poser près de moi. « J’avais plus l’intention de jouer au strip poker… mais sans le poker… » Je fis mine d'être surprise, comme-ci cela me surprenait réellement de l'entendre dire une chose pareille.  « J’ai perdu ma partenaire, tu pourrais la remplacer…. » Ma tête se penche vers lui légèrement alors qu'il enchainait déjà avec une " Tu n'es pas mon genre", ce qui me rassure au fond de moi et quand bien même il serait intéressé par le fait de m'avoir dans son lit, c'est moi qui le repousserais, non pas parce qu'il n'est pas mon genre, mais simplement par simple respect pour ma défunte amie. « Même dans tes rêves les plus fous tu ne m'auras jamais, mais si ça te fais plaisirs tu peux toujours y penser en te touchant. » Après ce nouveau pique, je lui suivis alors qu'il entrait dans son appartement renfermant la porte derrière nous. Alors qu'il alla vers la cuisine, je m'installe sur le canapé, déposant mes chaussures sur le sol, mon sac et ma veste près de moi. En regardant autour de moi, je pu me rendre compte une nouvelle fois que cet appartement était bien celui d'un homme célibataire et j'avais presque l'impression de me trouver à quelques détails près chez mon imbécile de frangin.
« Tu sais que le principe du strip poker est de se déshabiller lorsque l'on a perdu et pas avant ? » dis-je en rapport avec son petit pique de plus tôt et le fait qu'il s'avançait vers moi torse nu, une bouteille de vin dans la main et deux verres dans l'autre. Rapidement, je ne pu rien dire d'autre puisqu'il se lança dans un discours, m'imitant. « Je sais déjà ce que tu vas me dire… Ce n’est pas une façon d’honorer sa mémoire… Tu es triste, je sais mais tu ne dois pas noyer ton chagrin dans le sexe… et patati et patata… Et si ça me plait moi, le sexe, tu devrais essayer… On oublie tout même qu’on est malheureux. » Je reste un moment bouche bée devant ses paroles alors que lui se servait déjà son deuxième verre de vin. En effet, il venait de résumer en quelques mots le sermon que j'allais lui faire, mais ce qui m'étonne le plus c'est qu'il le sait et qu'il n'y prête aucune attention particulière.  « Non, ce n'est pas une façon d'honorer sa mémoire. Est-ce que tu penses qu'elle aurait aimée te voir agir de la sorte ? Ce n'est pas le fait que tu couches avec tout ce qui à une paire de seins qui me dérange, mais le fait que tu te serves de sa perte comme excuse... » dis-je d'une voix des plus calmes. Après tout, je ne suis pas sa mère et à quoi cela servirait-il d'élever la voix à part nous causer un mal de crâne horrible ? Au fond de moi, je m'en foutais complètement qu'il couche avec une brune ce soir et une blonde demain, je voulais simplement qu'il prenne le temps de se poser et de réfléchir à tout cela. De plus, il pouvait dire ce qu'il voulait je sais très bien que de coucher avec le ou la première venue ne guéri pas du mal dont on souffre, pour l'avoir tester personnellement. Je lève alors ma coupe pour boire le nectar d'une seul trait. « Si tu savais le nombre de fois que j'ai utilisé cette méthode et crois moi, elle n'est pas fiable. Ce n'est pas vrai, on n'oublie rien du tout. » Enfin si, peut-être pendant quelques heures mais cela n'a rien d'éternel. Je finis par prendre la bouteille des mains de Dyson pour me servir à mon tour.  « Encore hier soir, elle n'a pas fonctionné...attends, est-ce que je viens réellement de dire ça ?  » Je laisse ma tête retomber en arrière contre le dossier alors que je fixe Dyson. Je pouvais déjà sentir son petit sourire qui allait venir s'afficher sur son visage alors que Dylan, la gentille copine de sa femme défunte venait pour lui faire la morale sur ses histoires d'un soir et se prenait elle même à son propre piège. A ce moment précis, j'en voulais encore plus à Derek de m'avoir fait et de me faire encore aujourd'hui souffrir. C'est alors de nouveau vers mon verre de vin que je me tourne comme-ci il allait empêcher Dyson de parler. Il va surement me faire la morale lui aussi du genre "tu parles de moi, mais tu es pas mieux." « Cela t'apportes quoi de coucher avec toutes ses filles franchement ? Tu y gagnes quoi ? En plus, elle était pas si jolie que ça celle de ce soir...  » dis-je en tentant de changer de sujet pour faire diversion.


By Phantasmagoria

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Mar 3 Mai - 22:49

Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas× ft. DYLAN & DYSON
 « Même dans tes rêves les plus fous tu ne m'auras jamais, mais si ça te fais plaisirs tu peux toujours y penser en te touchant. » D’accord, il avait un peu menti. Elle était parfaitement son genre. Il aimait les blondes, grandes et sexy et Dylan était exactement ce genre-là. Le problème, c’était qu’elle était vraiment exaspérante, et qu’elle l’énervait comme personne. Il suffisait de regarder comment, elle venait d’interrompre une nuit de folie, et sa phrase… On en parle. Elle croyait le vexer où quoi ? Il trouvait ça plutôt drôle en fait, car, elle pensait vraiment qu’il avait besoin de se toucher ? Et si par je ne sais quel hasard, il le faisait : ça ne serait certainement pas en pensant à elle. Pourtant, il ne put s’empêcher de la taquiner, c’était si facile avec elle. « Arrête de jouer les femmes pas intéressées, alors qu’il suffirait juste que je te touche pour que tu sois trempée… » Dyson et la délicatesse. En même temps, elle avait voulu jouer à ce petit jeu, elle n’avait qu’à assumer. « Et chérie, je n’ai pas besoin de me toucher… mais je te montre ce que je fais à la place avec grand plaisir. » Il savait très bien que Dylan n’allait pas prendre mal, ce qu’il lui disait. Leurs conversations étaient souvent basées sur le sarcasme et la taquinerie. Il avait continué comme si elle n’était pas là. C’était son appartement bordel. S’il avait envie d’enlever son tee-shirt, il avait le droit. « Tu sais que le principe du strip poker est de se déshabiller lorsque l'on a perdu et pas avant ? » Il explosa de rire. Dylan essayait toujours de le mettre mal alaise mais c’était souvent le contraire. Elle essayait de jouer avec le feu, mais finissait toujours par se bruler. Il prit un air charmeur et la regarda dans les yeux en prenant les verres. « Pour quelqu’un qui ne semble pas vouloir faire un strip poker, tu sembles revenir souvent sur le sujet… Je peux toujours remettre ma chemise et aller chercher le paquet de jeu… J’ai hâte de te voir nue dans mon salon. » Il explosa de rire, il savait que la jolie blonde était bien trop prude pour cela. Pourtant, l’idée de voir Dylan nue n’était pas pour lui déplaire. Il avait vraiment du boire plus qu’il ne le pensait pour sortir ce genre de chose, mais surtout commencer à fantasmer sur une pseudo nuit avec l’amie de sa défunte. Il tenta de chasser cette idée de son esprit pour se concentrer sur le sermon que la blondinette aller lui faire. Il ne fallait pas être un géni pour savoir. « Non, ce n'est pas une façon d'honorer sa mémoire. Est-ce que tu penses qu'elle aurait aimée te voir agir de la sorte ? Ce n'est pas le fait que tu couches avec tout ce qui à une paire de seins qui me dérange, mais le fait que tu te serves de sa perte comme excuse... » Il la laissa parler, il n’y avait rien de mieux à faire. Qu’est-ce qu’il pouvait lui dire ? Qu’avant c’était une façon d’oublier sa femme, mais que maintenant, il était comme un droguer qui demander sa dose. Elle ne comprendrait pas. Le sexe était devenu pour lui, une sorte d’échappatoire. C’était un peu comme la cocaïne quand tu y gouttes tu ne peux plus t’arrêter. « Si tu savais le nombre de fois que j'ai utilisé cette méthode et crois moi, elle n'est pas fiable. Ce n'est pas vrai, on n'oublie rien du tout. » Oh mon dieu, il avait du mal entendre. Dylan, la femme si parfaite, avait utilisé le sexe comme antidote. Il avait du mal entendre. Il ne put s’empêcher de sourire. Elle croyait peut-être le choquer, mais il lui en fallait plus. Si elle lui avait dit qu’elle fait du stip tease… Ok, il aurait été choqué mais du sexe, c’était banale. « Encore hier soir, elle n'a pas fonctionné...attends, est-ce que je viens réellement de dire ça ? » Cette fois, il haussa les sourcils et se mit à rire de bon cœur. Il ne savait pas si elle essayait de le faire culpabiliser ou se déculpabiliser pour sa nuit d’avant. Il décida de la jouer au sarcasme. « Alors dame Dylan est une dévergondée… Je crois que je suis choquée… Laisse tomber, chérie, ta vie sexuelle peut être aussi débridée que tu le dis, ça te regarde. »

Il reprit un verre de vin et le vida. La soirée qui promettait d’être divertissante se retrouver être un désastre. Dire, qu’il aurait pu être sous la douche, coller contre le corps de la charmante demoiselle, au lieu d’écouter les sermons de Dylan. « Cela t'apportes quoi de coucher avec toutes ses filles franchement ? Tu y gagnes quoi ? En plus, elle était pas si jolie que ça celle de ce soir... » Les paroles de Dylan le firent revenir vers la jeune femme. Voilà, que la situation venait de prendre une tournure un peu plus intéressante. « Je sais très bien pourquoi tu me poses cette question… Ce n’était pas parce que tu trouves que c’est mal vis-à-vis de Tatiana… Non, tu voudrais faire la même chose pour oublier Derek. » Il fixa le regard surpris de la jeune femme. « Oh pas la peine de jouer, les innocentes… mais de quoi, il me parle… Derek est mon ami et je te rassure moi aussi j’ai été blessé… mais ce soir, on les emmerde. » Il lui resservit un verre de vin. « Je vais te montrer comment tu oublies… » Doucement, il posa ses mains autour de son visage et l’attira vers lui. Ses lèvres se trouvaient à quelques centimètres des siennes. Il aurait juste fallu qu’il se penche pour y gouter. Il sentait son souffle sur son visage et il savait que c’était réciproque. Brusquement, il se recula et la regarda. « Voilà, ce que ça fait. Si tu me dis que tu as pensé à autre chose qu’à moi, pendant la minute qui vient de passer… Je ne te croirais pas… Voilà à quoi, ça sert… Ne pas réfléchir, ne pas penser. » Il se leva brusquement et alla remettre sa chemise et prit un jeu de carte. « Tu sais quoi, tu m’as fait perdre ma conquête donc tu me dois une partie de strip poker » Il commença à battre les cartes devant elle. « Tu veux voir comment le sexe permet d’oublier, alors tu vas voir ? »

code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Mer 11 Mai - 0:16


 Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas
Dyson & Dylan
 
« Arrête de jouer les femmes pas intéressées, alors qu’il suffirait juste que je te touche pour que tu sois trempée…Et chérie, je n’ai pas besoin de me toucher… mais je te montre ce que je fais à la place avec grand plaisir. » Voilà pourquoi je n'aime pas ce type. Aucun respect pour la gente féminine. Bon, il est vrai que parfois en boite je tombe sur des types bien pire que lui qui ont encore moins de respect et qui sont plus dégoutant, mais en général, ils ne tiennent pas ce genre de discours devant l'amie de leur défunte femme. Dyson était certe alcoolisé, mais cela n'excuse pas tout. Au moins, sa remarque me fit éclater de rire et je ne pu m'empêcher de retorquer à nouveau. « C'est ce que tu penses ça. Je ne suis pas l'une des filles faciles que tu rencontre quand tu sors dans le genre de bar ou tu étais ce soir. Il va en falloir plus que ça pour que tu me fasses de l'effet.» Le concernant, la mission n'était pas gagnée. D'ailleurs, rien que de penser à nos corps entremêlés me fit frissonner de dégout. Jamais au non, jamais je ne pourrais m'adonner à ce genre de chose avec lui, par respect pour sa Tatiana et tout simplement parce que si je devais classer Dyson sur une échelle je lui mettrais surement un quatre ou un cinq, non pas parce qu'il n'est pas séduisant bien au contraire, on pouvait lui accorder sa, mais il m'exaspère simplement au plus au point que même si on couchait ensemble on arriverai encore à se disputer. « Pour quelqu’un qui ne semble pas vouloir faire un strip poker, tu sembles revenir souvent sur le sujet… Je peux toujours remettre ma chemise et aller chercher le paquet de jeu… J’ai hâte de te voir nue dans mon salon. » Dans ce cas, je peux dire la même chose de lui qui ne parle que de son envie de me voir nue dans son salon depuis que nous sommes entré. Pour quelqu'un qui ne voulait pas de ma présence à ses côtés, il semblait se contredire un petit peu. Enfin, je ne préfère pas relever ses paroles, puisque de toute façon il ne perd pas une seconde pour sortir une nouvelle bêtise. Enfin, cette fois-ci c'est plutôt à moi de lui faire mon sermon sur Tatiana et voyant que cela ne fonctionne pas pour la énième fois, je décide d'opter pour une autre stratégie et en profiter pour me dévoiler à Dyson un peu plus. Pourquoi est-ce que je fais ça ? Non pas par plaisirs, mais au moins en lui disant que j'ai déjà essayé sa technique et qu'elle ne fonctionne pas, il me prendra peut-être un peu plus au sérieux et écoutera peut-être un peu plus mes conseils. « Alors dame Dylan est une dévergondée… Je crois que je suis choquée… Laisse tomber, chérie, ta vie sexuelle peut être aussi débridée que tu le dis, ça te regarde. » J'avais peut-être était un peu trop loin en ce qui me concerne. Que Dyson sache que je couche avec des hommes pour tenter d'oublier Derek, c'est une chose mais lui avouer que cela est aussi fréquent que lui et ses conquêtes, c'est un peu étrange. Surtout qu'avec le retour de Derek dans ma vie il y a quelques jours qui est venu m'annoncer après m'avoir offert une soirée romantique et m'avoir dit qu'il m'aimait qu'il avait couché avec ma meilleure amie, j'avais juste besoin de me défouler et de me perdre dans les bras d'un...ou plusieurs hommes pour tenter d'oublier au moins quelques instants ma souffrance et la plaie dans mon coeur qu'il avait faite il y a trois ans et qu'il venait de ré-ouvrir. « Tais-toi un peu ! Depuis toute à l'heure tu arrêtes pas de dire que tu veux me voir nue alors arrête. T'es juste jaloux parce que tu n'étais pas à la place de mec qui était dans mon lit hier soir et que tu sais très bien que tu ne pourras jamais l'être.» dis-je toujours la tête appuyée contre le rebord du canapé. « Passe moi le vin, j'ai besoin de boire. » Je finis alors mon verre avant de m'en servir à nouveau et de commencer à boire. Je risquerais de ne pas tenir longtemps ce soir, pas grave j'appellerais mon chauffeur pour qu'il vienne me récupérer ou alors dans le pire des cas, je squatterais le divan de Dyson. En tout cas, une chose est sur j'avais la rage contre Derek et surtout contre Joy. Comment une fille qui est soit disant votre meilleure amie peut vous planter un couteau dans le dos aussi facilement avec l'homme que vous aimez ? Surtout après tout ce que je lui ai raconté. Et surtout, comment a-t-elle pu me regarder droit dans les yeux la dernière fois que je l'ai vu et me mentir sur sa situation et ne pas me dire qu'elle avait revue Derek ? « Je sais très bien pourquoi tu me poses cette question… Ce n’était pas parce que tu trouves que c’est mal vis-à-vis de Tatiana… Non, tu voudrais faire la même chose pour oublier Derek. » Avec tout ça, je ne m'étais même pas rendu compte que je venais de finir mon troisième verres de vin en l'espace de moins d'une demie heure.  « Oh pas la peine de jouer, les innocentes… mais de quoi, il me parle… Derek est mon ami et je te rassure moi aussi j’ai été blessé… mais ce soir, on les emmerde. » Toujours la tête tournée vers lui, je laisse échapper un petit rire en lui tendant mon verre pour qu'il me sert à nouveau même si je savais que ce n'étais pas raisonnable. « Je vais te montrer comment tu oublies… » Puis en quelques secondes, il saisit mon visage entre ses mains et l'attira vers lui. Je pouvais sentir son souffle sur mon visage et il fallait dire que mon attention était entièrement concentrée sur lui. Seulement cela ne dur qu'un temps. Je ne pouvais pas mentir en disant qu'il n'y avait rien dans ce geste qui n'avait provoqué chez moi quelques frissons le long de mon corps. Dans son geste, il y avait quelque chose de très sensuel et si un autre homme aurait remplace Dyson, il y a de forte chance que je me sois jeté à son cou. « Voilà, ce que ça fait. Si tu me dis que tu as pensé à autre chose qu’à moi, pendant la minute qui vient de passer… Je ne te croirais pas… Voilà à quoi, ça sert… Ne pas réfléchir, ne pas penser. » Il avait raison, lorsqu'il s'était approché de moi j'avais complètement oublié tout ce qu'il se passait dans ma tête et autour de moi, mais cela n'avait duré qu'un temps et à peine s'était-il remit correctement à sa place que l'image de Derek m'annonçant qu'il avait fauté avec Joy sur le toit de l'Empire State Building me revint à l'esprit. J'emmerde Derek Teller et j'emmerde Joy Harrigton aussi ! » lançais-je en levant mon verre avant de boire une nouvelle gorgée. « Tu sais quoi, tu m’as fait perdre ma conquête donc tu me dois une partie de strip poker » Pardon ? Je n'eu même pas le temps de réagir qu'il s'était déjà levé pour remettre sa chemise et attraper un jeu de carte. « Tu veux voir comment le sexe permet d’oublier, alors tu vas voir ? » L'alcool commençait à me monter à la tête, en fait cela faisait déjà un petit moment que je ne maitrisais plus ce que je disais, mais tant pis. J'avais besoin de boire et de penser à autre chose qu'à mon image et au fait de plaire aux gens. Au moins ici, chez Dyson personne ne me jugera. « Attends, quoi ? On peut pas jouer au StripPoker. Je vais te dire un secret.  » dis-je en me penchant vers lui et en posant ma main sur le jeu de carte qu'il tenait entre les siennes. « Je sais pas jouer au Poker. » Je pris alors le jeu de carte en lui adressant un clin d'oeil avant de le déposer sur la table et de le remplacer dans ma main par mon verre. « Mais j'ai une idée, on va jouer à un autre jeu. Chacun notre tour, on se pose des questions et celui qui répond mal ou qui ment retire un vêtement. Ca te vas ? » Au moins, on gardait le côté strip qui plaisait tant à Dyson et on enlève le côté poker qui me déplait et on le remplace par autre chose. « Je commence...Dyson Richardson, donnes moi le nom de la première femme avec qui tu as couché. » Ce n'est pas lui qui parlait du sexe pour se changer les idées ? Au moins si on ne faisais rien de concret , on pouvait toujours s'amuser à se poser des questions coquines. Après tout on est majeur non ?



By Phantasmagoria


HG: Dylan elle est déjà pompette la
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Ven 13 Mai - 0:05

Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas× ft. DYLAN & DYSON
 « C'est ce que tu penses ça. Je ne suis pas l'une des filles faciles que tu rencontre quand tu sors dans le genre de bar ou tu étais ce soir. Il va en falloir plus que ça pour que tu me fasses de l'effet.» Et voilà, Dylan qui montait sur ses grands chevaux. Il attendait ce moment-là. Elle faisait toujours croire qu’elle était une femme forte, indépendante, que rien ne pouvait l’atteindre… Pourtant, il n’était pas dupe, il savait qu’elle était le genre de femme à aller dans les bars. Bon d’accord, ce n’était pas le genre de femme qu’on ramenait avec une simple phrase… Du genre, tu es magnifique… Non, Dylan était le genre de femme qu’il fallait séduire avec de la délicatesse. Pourtant, il avait du mal à croire qu’il ne lui faisait aucun effet. Cette phrase n’avait pas blessé son égo car elle venait de Dylan mais elle la faisait simplement rire. Il décida pour une fois de ne rien dire. C’était beaucoup plus intéressant de la laisser croire qu’elle avait eu le dernier mot. Comme ça, quand elle ne l’attendrait pas, il pourrait lui prouver le contraire. C’était peut-être l’effet du taux d’alcool qu’il avait déjà ingurgité mais pourtant, il avait envie de lui prouver le contraire, de lui prouver, qu’il pouvait lui faire de l’effet. « Tais-toi un peu ! Depuis toute à l'heure tu arrêtes pas de dire que tu veux me voir nue alors arrête. T'es juste jaloux parce que tu n'étais pas à la place de mec qui était dans mon lit hier soir et que tu sais très bien que tu ne pourras jamais l'être. Passe moi le vin, j'ai besoin de boire.» L’espace d’un instant, il resta choqué. C’était bien la première fois, depuis qu’il connaissait la jeune femme, qu’elle avait réussi à le laisser sans voix. Dans, sa tête, il se demandait s’il devait la croire, ou si elle disait ça seulement pour essayer de le rendre jaloux. Il reprit rapidement ses esprits. Il fallait qu’il la mette mal alaise à son tour, car c’était ça le but du jeu, non ? Voir qui était le plus con… Qui arriverait à faire tomber l’autre en premier. Il la regarda dans les yeux, avant de lui passer la bouteille. Quand, elle la prit, il ne la lâcha pas et ouvrit la bouche. « Arrête de faire l’innocente, je suis un homme et tu es une femme… Bien sûr que je rêve de te voir nue mais si tu savais ce que je rêve de faire… Tu prendrais déjà tes jambes à ton cou, chérie… » Il lâcha la bouteille et se réinstalla dans le fauteuil pendant que la jeune femme se servait un autre verre de vin. « Je serais toi, j’éviterais de parier la dessus : la nuit ne fait que commencer. »

Pourquoi, il s’était approché d’elle ? Sans doute pour lui montrer pourquoi, le sexe était un bon médicament, mais s’il était honnête avec lui-même, il n’y avait pas que ça. Elle l’avait défié. Elle pensait qu’il ne pouvait pas la mettre dans son lit, parce que c’était la meilleure amie de Joy et l’ami de Tatiana. Le problème, c’était que Tatiana n’était plus là, alors elle ne pouvait pas le juger. Et pour Joy… Et bien, elle avait bien couché avec Derek, alors pourquoi, il ne pourrait pas faire pareil ? Pourtant, une petite voix au fond de lui, lui disait qu’il ne pouvait pas faire ça à Joy et pour l’instant, il avait envie de l’écouter. J'emmerde Derek Teller et j'emmerde Joy Harrigton aussi ! » Evidemment, il avait fallu que Dylan sorte une phrase comme ça. Maintenant, il n’avait pas envie de se retenir, et vu l’état dans lequel la jolie blonde avait l’air d’être. C’est vrai, il couchait avec tous les filles sauf avec les amis de sa femme ou de ses sœurs, ou sa meilleure amie… et pour être honnête, il avait déjà dépassé les limites. Alors pourquoi ne pas voir ce qui se passait sans se prendre la tête et s’amuser. Surtout que Dylan avait l’impression d’en avoir besoin. Par contre, le strip poker n’était peut-être la meilleure idée. Ce n’était pas le genre de jeu auquel jouait la jolie avocate. « Attends, quoi ? On peut pas jouer au StripPoker. Je vais te dire un secret.  » Et bim, il avait eu raison, Dame Dylan ne jouait pas au strip poker. Il n’était pas difficile de s’imaginer qu’elle jouait plus au domino ou scrabble. Il aurait mieux fait de ne pas boire ce soir, cela lui aurait évité de se lancer dans un pari personnel stupide, qui était de prouver à Dylan, qu’elle ne pourrait pas lui résister. « Je sais pas jouer au Poker. » ça il s’en serait douté, sans qu’elle est besoin de le préciser.

L’espace d’un instant, il crut qu’elle allait abandonner le jeu du plus fort qui s’était installé entre eux. C’est vrai, c’était elle qui l’avait défié en lui balançant des phrases du genre : Même dans tes rêves les plus fous tu ne m'auras jamais. Il détestait qu’on lui dise qu’il ne pouvait pas avoir quelque chose et il faisait tout pour l’avoir. « Mais j'ai une idée, on va jouer à un autre jeu. Chacun notre tour, on se pose des questions et celui qui répond mal ou qui ment retire un vêtement. Ca te vas ? » Pour la seconde fois, en moins de dix minutes, Dylan venait de le surprendre. A vrai dire, il aimait beaucoup cette idée, car il pourrait à la fois voir Dylan perdre, se retrouver nue et en plus en savoir plus sur elle. C’était tout bénéfique pour lui. « J’aime déjà ce jeu, et j’ai hâte de te voir perdre… » Il s’installa confortablement dans le canapé et attendit qu’elle lance les hostilités. « Je commence...Dyson Richardson, donnes moi le nom de la première femme avec qui tu as couché. » Ouah, elle y allait fort et ce n’était pas pour lui déplaire. Il ne lui fit pas longtemps pour se rappeler. « Elle s’appelait Lydia… J’avais seize ans et elle dix-huit… C’était la fille du proviseur et j’avoue qu’elle était torride… » Il ne savait pas pourquoi il donnait autant de détails, mais il avait dit la vérité. Beaucoup de personne disaient que leur première fois était un vrai désastre pour le brun c’était tout le contraire. C’était à son tour de poser une question et il n’allait pas être un gentil toutou. C’était Dyson Richardson, il avait une réputation à tenir. « D’accord, à mon tour… Si je te dis que depuis que tu m’as dit que je ne pourrais pas t’avoir dans mon lit, j’ai très envie de te prouver le contraire et de te prendre là, sur la table du salon… »  Il fit une pause et lui désigna la table basse du salon, puis, il plongea dans son regard. « Est-ce que ça t’existe ? »

Ok pour la délicatesse, on repassera. Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Habituellement, il avait de l’éducation et il parlait bien aux femmes. Il pouvait être un con et mettre ça sur le compte de l’alcool, mais ça aurait été mentir. Au point, il en était autant passer pour le salop de service jusqu’au bout. « Si on pimentait un peu le jeu… En plus d’une vérité, on doit faire une action… » Il avait envie de jouer ce soir et Dylan n’avait pas l’air d’être contre, alors autant en profiter. Pourtant, il n’arrivait pas à comprendre comment la situation avait pu dégénérer aussi vite. L’instant d’avant, elle lui faisait un sermon et maintenant, ils étaient en train de jouer à jeu dangereux. Il aurait été avec une autre fille, une fille qu’il ne reverrait pas, il lui aurait dit « action : fait moi un strip tease. » Ou « Action : caresse-toi » mais il ne savait pas vraiment jusqu’où Dylan était prête à aller. Certainement pas très loin, alors autant jouer gentil. « Action : embrasse-moi, le plus langoureusement, comme si j’étais l’homme de ta vie. » Il la regarda un instant. D’accord ce n’était pas un action super existant mais il n’était pas sûr que Dame Dylan soit capable de le faire. « Tu peux refuser tu sais et partir… Car si tu refuses, tu dois retirer aussi vêtement ou plutôt je te retire un vêtement, c’est plus drôle… »


code by lizzou × gifs by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Lun 16 Mai - 13:14


 Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas
Dyson & Dylan
 
Si Dyson était celui qui avait le plus bu entre nous deux lors de notre arrivée, une chose est sur je l'avais vite rattrapé à la simple évocation du nom de Derek. Décidément, ce type était un véritable poison pour moi et ceux malgré les sentiments que j'ai pour lui je me demande si il est réellement fait pour moi. Après tout , il m'avait déjà trompé une fois dans le passé sans aucune raison, puis là il a le culot de revenir à New York et de coucher avec ma meilleure amie avant de venir me retrouver pour me dire qu'il m'aime encore et qu'il ne peut pas vivre sans moi. Garçon, si tu ne peux pas vivre sans moi pourquoi tu couches avec tout ce qui te passe sous le nez ? Sachant que Joy étant ma meilleure amie il aurait dû mettez des limites dès le départ si vraiment il pensait me retrouver pour que l'on ait une discussion, non ? Enfin, ce soir je passe la soirée avec Dyson et comme il l'avait si bien dit, il était temps pour moi de mettre Derek de côté pendant un moment et de profiter de la soirée. « Arrête de faire l’innocente, je suis un homme et tu es une femme… Bien sûr que je rêve de te voir nue mais si tu savais ce que je rêve de faire… Tu prendrais déjà tes jambes à ton cou, chérie…Je serais toi, j’éviterais de parier la dessus : la nuit ne fait que commencer.  » Tout en me servant un autre verre de vin , je laisse échapper un petit rire. Au moins, Dyson avait le don de me faire rire et c'est vrai qu'avec lui les choses paraisse moins sérieuse et moins ennuyante. J'avais l'impression de retomber en enfance parfois avec nos petites petites disputes et nos petits jeux. C'est pourquoi, suivant son conseil je laisse entendre tout mon amour pour Joy et Derek. Je ne savais pas si'il était au courant de ce qu'ils avaient fait ensemble, mais en tout cas une chose était sur c'est que moi je savais que Dyson avait déjà couché avec Joy lui aussi. A croire qu'elle ne peut pas s'empêcher de sauter sur tout les mecs de mon entourage. Enfin, j'étais mal placé pour dire une chose pareille, puisque personnellement j'entretiens une relation de sexfriends avec l'un de ses amis et voisin de pallier, Paul. Bon, la différence c'est que moi lorsque je couche avec quelqu'un je suis discrète et je ne vais pas le crier sur le toit de l'Empire State Building, mais bon.

Alors que Dyson me proposa de jouer au Strip Poker pour remplacer sa partenaire que j'avais fais fuir un peu plus tôt, je lui fis comprendre qu'il était impossible pour moi de jouer à ce jeu puisque je ne connais pas les règles du poker. Mais ce n'est pas pour autant que je vais le laisser sur sa fin, puisque j'ai une autre idée de jeu que je lui soumet rapidement mêlant la partie striptease du strip poker qu'il attends temps à mes propres règles. « J’aime déjà ce jeu, et j’ai hâte de te voir perdre… » Apparemment, cette idée avait l'air de lui plaire et il s'installa dans le fond du canapé alors que de mon côté je retire mes talons afin d'être plus à l'aise, puis je me tourne vers lui le regardant d'un regard déterminé. Première question posée et ce fut un jeu d'enfant pour lui de me répondre, je compris rapidement que c'était la vérité, sinon il aurait mit plus de temps à réfléchir. « D'accord, tu as gagné pour ce tour, mais ne cris pas victoire trop vite, je te rappel que tu n'as déjà plus que la moitié de tes vêtements. » De nouveau, je bus une gorgée de vin, affichant un léger sourire derrière mon verre alors que c'était au tout de Dyson de poser sa question. « D’accord, à mon tour… Si je te dis que depuis que tu m’as dit que je ne pourrais pas t’avoir dans mon lit, j’ai très envie de te prouver le contraire et de te prendre là, sur la table du salon…Est-ce que ça t’exciste ? » A l'entendre parler ainsi tout en sentant son regard sur moi, je me passa la main dans les cheveux. C'est vrai qu'il commence à faire de plus en plus chaud ici et je dois l'avouer, Dyson est loin d'être l'homme le plus laid de la Terre et lui résister était difficile. Jusqu'à présent j'avais réussis par respect pour Tatiana car elle était mon amie et que moi, je ne suis pas du genre à coucher avec les hommes de mes copines, mais à présent elle n'était plus là tout comme Derek était sortit de ma vie et je devais avouer que Dyson au fond ne me laisse pas indifférente et que ses paroles au fond commencent à m'exciter, seulement il était hors de question pour moi de lui avouer et de flatter son égo; quitte à perdre un vêtement. « Non, pas le moins du monde, les paroles ne m'excitent pas il n'y a que les actes qui peuvent le faire. » Bien évidemment, c'était complètement faux ! Qui n'a jamais aimé entendre un homme ou une femme lui susurrer des choses plus ou moins cochonnes dans le creux de l'oreille alors qu'il est en plein ébat ? Alors je me repositionnais correctement, Dyson de son côté avait comprit que c'était un pur mensonge et c'est en faisant semblant de rien que je repris. « Quoi ?» fis-je d'un air étonné. « Bon, tu veux que je retire quoi ?» Il était bien évident que je ne lui ferais pas se plaisir de lui dire clairement qu'il avait raison et que ces mots m'excitent, même si il l'avait comprit et qu'il commença à déboutonner mon chemisier alors qu'un frisson commença à me parcourir le dos. Heureusement, je ne suis pas du genre à mettre des sous vêtements de grand-mère, d'ailleurs aujourd'hui j'avais opté pour un body en dentelle noire dont Dyson pouvait maintenant voir le haut qui laisse entrevoir ma poitrine à travers. «Satisfait de ce que tu vois ? » dis-je en déposant mon chemisier à l'autre bout du canapé. « Si on pimentait un peu le jeu… En plus d’une vérité, on doit faire une action… » lança-t-il alors qu'il ne me restait plus que ma jupe et du coup le body. Qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour pouvoir admirer le corps d'une femme. « Ok, je suis partante. Je te laisse continuer alors. » Le jeu promet d'être de plus en plus intéressant maintenant et surtout, l'un de nous se retrouvera plus rapidement nu.  « Action : embrasse-moi, le plus langoureusement, comme si j’étais l’homme de ta vie. Tu peux refuser tu sais et partir… Car si tu refuses, tu dois retirer aussi vêtement ou plutôt je te retire un vêtement, c’est plus drôle… » Je reste bouche bée pendant un petit moment. Je n'en revenais pas, il n'avait aucune limite mais je suis loin de me démonter face à lui. « Tu as déjà commencé à me déshabiller, mais cette fois-ci je ne vais pas te laisser l'occasion de continuer. » puis je finis par déposer mon verre sur la table du salon avant de me lever pour me positionner face à Dyson. Je relève un peu ma jupe pour ne pas qu'elle me gène alors que je me met à califourchon sur les genoux de Dyson avant de prendre son visage entre mes mains et de l'embrasser langoureusement. Je pouvais alors sentir les mains baladeuse de Dyson se perdre sur mon ventre et remontant en direction de mes seins, mais je les attrapa rapidement avant mettre derrière sa tête pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas le droit de toucher. Pendant un instant, mes lèvres quittèrent sa bouche pour aller se perdre dans sa nuque, puis sur son torse ou je dépose quelques baiser avant de remonter vers ses lèvres. Il est vrai, j'en ai un peu profité pour me faire plaisirs et puis au moins, j'assurais la réussite de mon action. « Je crois que j'ai réussis mon action » dis-je alors qu'arborant un grand sourire, je baisse les yeux vers son entre-jambe, la ou je pouvais sentir la bosse déformant son pantalon frotter contre l'intérieur de ma cuisse. « Ah mon tour ! » dis-je alors que j'étais toujours assise sur ses genoux. « Vérité : Quel est ton talent caché au lit ? » Puis je me lève partant vers la cuisine du brun à la recherche de choses à manger qui pourraient mettre utiles pour l'action de Dyson. Dans son frigo j'avais trouvé un tube de crème fouettée, puis j'attrape une banane au passage avant de le rejoindre. « J'espère que tu as faim, parce que pour ton action tu vas devoir manger cette banane sur mon corps en plaçant les morceaux ou tu le souhaites. Petit bonus, je t'ai apporté ça. »  dis-je en lui tendant le tube puis la banane avant de m'allonger sur le canapé.

Ce fut de nouveaux au tour de Dyson de poser sa question et joueuse comme je le suis, en plus de l'alcool qui commençait à embrumer mes idées, je fis de nouveau exprès de mal répondre à la question de Dyson et ce fut avec joie que Dyson retira ma jupe en la faisant glisser le long de mes jambes. « A moi ! Pourrais-tu coucher avec quelqu'un pour de l'argent ? » Cette fois-ci c'est directement à la bouteille que je me mis à boire. « Action: tu dois me faire un massage des plus sensuel que tu n'as jamais fait. »


By Phantasmagoria

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Mar 17 Mai - 20:01

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Mer 18 Mai - 23:17

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Dim 22 Mai - 15:34

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Lun 30 Mai - 23:37

Revenir en haut Aller en bas
avatar
ADMINISTRATEUR ▪ le brin de folie
ADMINISTRATEUR ▪ le brin de folie
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis arrivé(e) à New York le : 01/05/2016 . J'ai envoyé : 227 mails. J'ai : 21 Actuellement, je gagne : 964 dollars. On me confond souvent avec : Dean Geyer. Je dois mon jolie minois à : la boîte à avatars. et mon pseudo sur la toile est : zaza.

▪ Multis-comptes ▪ : Dylan Anderson/M. Jace Weston

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan, Dim 6 Aoû - 0:00

.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan,

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi, tu es toujours là quand il faut pas ft Dylan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mais pourquoi mon bebe pleure t il ?
» Femme d'un MA j'ai toujours la boule au ventre
» haaaaaaaaaaaaaaa la propreté !!
» lit parapluie et rajout matelas
» Fromage au lait cru

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
▪ COSMOPOLITAN :: New york city :: Manhattan :: The housing neighborhood-
Sauter vers: